Marseille:  09 86 20 45 42 – 55 Cours Gouffé, 13006 Marseille

Nice : 04 92 04 22 44 – 7 Rue Arson, 06300 Nice

Demande de devis : contact@sono-light.com

Test du micro Sennheiser MD 421-II


Au pays des dynamiques, le Sennheiser MD 421-II fait partie des grands classiques. Fréquemment, sa silhouette oblongue se détache lors de séances d’enregistrement et nombre de techniciens l’adorent. Mais cette solide réputation est-elle si fondée ?

Senn­hei­ser est une marque alle­mande créée en 1945, juste au sortir de la guerre. À ses débuts, la compa­gnie déve­loppa prin­ci­pa­le­ment des micro­phones avant d’at­teindre assez vite une stature bien plus impo­sante, propo­sant de nos jours un panel de produits bien plus vaste. Micros, casques, enceintes, barres de son, rien ne semble arrê­ter la marque alle­mande deve­nue doré­na­vant un énorme groupe finan­cier, proprié­taire entre autres, de la célèbre marque Neumann. C’est dire le poids de l’en­tre­prise.

Mais reve­nons quelques années en arriè­re…

Das mikro­fon

421 BoxC’est en 1960 que le MD 421 fut mis sur le marché. Ce nouveau micro­phone dyna­mique (« MD » venant de « mikro­fon dyna­mische ») s’est vite installé comme un clas­sique dans le monde de l’au­dio pro, que cela soit pour des inter­views, des confé­rences, ou des enre­gis­tre­ments live et studio.

Hormis le fait qu’il possède éton­nam­ment le même nom qu’un célèbre jeu de dés français, le 421 possède certains attri­buts qui le distinguent gran­de­ment de ses confrères.

Tout d’abord, la forme du micro­phone, très parti­cu­lière. Oblongue et repre­nant quelque peu le profil d’un pisto­let, la silhouette du Senn­hei­ser est rapi­de­ment iden­ti­fiable. En forme de pisto­let, dites-vous ? Sa suspen­sion, inté­grée au corps du micro est juste­ment munie d’une gâchette qui lui permet de s’en­le­ver très faci­le­ment. Trop faci­le­ment, même. Si l’idée de départ est plutôt bonne et le côté pratique indé­niable, il faut bien aussi lui avouer un côté très éner­vant. Dému­nie d’une seconde sécu­rité, la gâchette saute souvent lors du place­ment du micro­phone, lui lais­sant toute l’op­por­tu­nité de s’écra­ser par terre (au revoir petit micro…) ou sur les futs de votre batteur préféré (au revoir petite peau de frap­pe…). Aussi éton­nant que cela puisse paraitre, Senn­hei­ser n’a jamais cher­ché à amélio­rer cette suspen­sion qui, pour­tant, possède en plus l’in­con­vé­nient d’être assez fragile.

421 Logo et grilleLiée à la forme du micro, la posi­tion de la cellule à l’in­té­rieur de la grille de protec­tion en a trompé plus d’un. Ne vous fiez pas à votre instinct, il faut placer votre source sonore face au bandeau noir présent sur le dessus du micro­phone (cf photo). Surtout pas sur le côté, devant la large grille noire, votre prise souf­fri­rait alors d’un son complè­te­ment désaxé. Petit pense-bête pour les néophytes : les construc­teurs de micro­phones placent souvent le nom, voire le logo de leur marque, du côté duquel est tour­née la cellule (et donc vers où votre source sonore doit être diri­gée). Conven­tion adop­tée ici par Senn­hei­ser.

Autre parti­cu­la­rité : un filtre coupe-bas à cinq posi­tions est situé sur une bague, juste au-dessus de la connec­tique XLR. Cinq posi­tions oscil­lant donc entre « M » pour Music, avec un filtre inac­tif, jusqu’à « S » pour Speak, pour laquelle le filtre est activé de la façon la plus radi­cale de toutes (cf. la courbe de fréquences). La lati­tude de jeu entre ces cinq réglages rend le micro bien plus poly­va­lent qu’un dyna­mique stan­dard et à elle seule peut expliquer la renom­mée du micro.

Enfin, dernier petit détail notable : chaque 421 est fourni dans un coffret en plas­tique suffi­sam­ment solide pour trans­ba­hu­ter ou stocker votre micro sans crainte de l’abî­mer. Comme disait l’autre : c’est peut-être un détail pour vous…

421 Freq

Les diffé­rentes versions.

À l’ins­tar de nombreux autres micros de la même époque, le 421 a connu diffé­rentes versions/amélio­ra­tions au fil des ans. Nous pour­rions parler notam­ment du MD 421-N ou du MD 421 U4, des prises DIN, XLR, des suspen­sions, de parties du corps en métal ou en plas­tique, de la cellule, et cetera, et cete­ra… Chaque version offre une parti­cu­la­rité propre et, comme à l’ac­cou­tu­mée, un large débat sans fin a vu le jour…

Quelles sont donc les grosses diffé­rences du 421-II par rapport à ses prédé­ces­seurs ? D’après le construc­teur, le corps du micro est doré­na­vant en poly­acé­tal (un compo­site de verre), il est légè­re­ment raccourci et les compo­sants sont proté­gés dans un châs­sis inté­rieur, les rendant moins sensibles à l’hu­mi­dité et à la pous­sière. Par ces modi­fi­ca­tions, le son du 421 a donc égale­ment légè­re­ment évolué. Le construc­teur parle d’une plus grande trans­pa­rence et d’un son plus natu­rel. Pour avoir pu compa­rer il y a de cela quelques années, il semble que le 421-II a une présence plus affir­mée dans les aigus, accen­tuée qui plus est par un petit pic vers 4–5 kHz. Les versions précé­dentes paraissent en compa­rai­son un peu moins dures et un peu plus épaisses. Mais n’ayant jamais effec­tué de vrai test compa­ra­tif A-B, je ne peux appor­ter de vraie réponse défi­ni­tive à ce débat…

La Batte­rie

Kick

Drums LudwigCommençons les tests audio avec une prise batte­rie, le micro­phone placé devant l’évent de la grosse caisse. Le son du kick est instan­ta­né­ment très bien resti­tué. Avec déjà une belle attaque et un beau bas, le micro supporte très bien la grosse pres­sion acous­tique et amène un côté « cimenté » plutôt inté­res­sant. Le Re20, dans la même posi­tion, sonne plus gras, plus rond, plus doux et les deux micro­phones auraient leur place dans un mix. Mais le Senn­hei­ser, sans aucun trai­te­ment exté­rieur, apporte cet effet « déjà traité » immé­diat, bien perçant et très dyna­mique, qui lui donne un net avan­tage pour des musiques éner­giques et puis­santes (ré-écou­tez le 1er album de Franz Ferdi­nand !).

Intro­duit un peu plus dans la grosse caisse, nous retrou­vons fort logique­ment encore plus d’at­taque (si jamais vous pensiez en manquer). Moins de bas, plus de tran­chant, le kick se creuse alors forcé­ment un peu plus et se rapproche d’un son « ballon de basket », mais il semble toujours aussi bien sculpté (à coups de stéroïdes) et toujours puis­sant. Premier test réussi haut la main pour Senn­hei­ser !

00:0000:17
  • 01a Md421 Kick00:17
  • 01b Md421 Kick + OH00:17
  • 01c Md421 Kick OH Solo00:17
  • Re20 Kick00:19
  • 02a Md421 Kick Inside00:20
  • 02b Md421 Kick Inside + OH00:20
  • 02c Md421 Kick Inside OH Solo00:20
  • Re20 Kick Inside00:17

Snare

Sur la caisse claire, le résul­tat obtenu dépen­dra gran­de­ment de vos goûts. Le micro délivre toujours une attaque franche et puis­sante sans aucune distor­sion et l’ef­fet de proxi­mité l’agré­mente d’une belle corpu­lence qui se marie très bien avec la piste d’ove­rhead (Coles 4038). Certains pour­raient juste­ment trou­ver la caisse claire un peu trop terne et surtout trop grasse. Pour ceux-là, la bague de coupe-bas se révè­lera un vrai plus et les cinq posi­tions propo­sées leur permet­tront d’ame­nui­ser l’ef­fet de proxi­mité en fonc­tion du son recher­ché.

Bonne nouvelle : grâce à sa courbe de fréquences assez ouverte, le Senn­hei­ser arrive même à capter le timbre de la caisse claire et ne semble pas néces­si­ter de renfort pour offrir un bon équi­libre géné­ral. De plus, le 421 étant cardioïde, la repisse captée par le micro­phone est alors assez moindre, sans trop de char­ley, ni de cymbales. La prise de son n’est aucu­ne­ment polluée par les autres éléments de batte­rie.

00:0000:17
  • 03a Md421 Sn00:17
  • 03b Md421 Sn + OH00:17
  • 03c Md421 Sn OH Solo00:17

Toms

421 SuspensionIndé­nia­ble­ment, le rendu du 421 sur les toms est très bon. L’at­taque du micro­phone est très propre et très bien défi­nie. Remarquez comme il tolère bien la réso­nance du tom aigu et sur le tom grave, comme l’on sent la profon­deur du fut sans avoir non plus un énorme rumble dans le bas du spectre. Du corps, de l’at­taque et un son clair et précis : voici les raisons qui font de ce micro souvent le premier choix des ingé­nieurs pour les toms.

À propos, grâce à sa suspen­sion interne (et en dépit de sa gâchette), le micro se place plutôt faci­le­ment, mais l’on regrette parfois que la prise XLR ne soit pas coudée : une fois installé, le micro peut, de par sa longueur, gêner avec les cymbales.

Seul vrai bémol : la diapho­nie du 421, qui n’est pas des plus gracieuses. Le son produit par le micro­phone pour les instru­ments hors axe est parfois assez désa­gréable : des fréquences un peu dures et un peu plas­tiques surgissent. Atten­tion donc si vous voulez mixer vos toms très fort ! Néan­moins, si repisse il y a, elle reste assez moindre et surtout large­ment gérable : l’ajout d’un simple gate vien­dra résoudre le problème en un tour de main.

00:0000:19
  • 04a Md421 Tom Hi00:19
  • 04b Md421 Tom Hi + OH00:19
  • 04c Md421 Tom Hi OH Solo00:19
  • 05a Md421 Tom Lo00:19
  • 05b Md421 Tom Lo + OH00:19
  • 05c Md421 Tom Lo OH Solo00:19

HH, OH, Front et Room

Voici main­te­nant tout un panel de posi­tion pour lesquelles le 421 montre de réelles faiblesses.

Sur le char­ley, le son est dur et assez peu défini. En outre, il ne se marie pas très bien cette fois-ci avec le Coles. En posi­tion d’ove­rhead, cela n’est guère mieux. Nous retrou­vons bien toute l’at­taque carac­té­ris­tique du micro­phone, mais le rendu, accen­tué dans les médiums, n’est pas idéal. Certes, Senn­hei­ser n’a jamais clamé ce micro être l’égal d’un Neumann U87, mais l’on pouvait tout de même en espé­rer un meilleur résul­tat. Le bas manque cruel­le­ment. Tout comme la défi­ni­tion. Le rendu, un peu aigre et plat, manque d’am­pleur et semble même un peu nasillard.

Mêmes remarques en éloi­gnant le micro en posi­tion d’am­biance. Une égali­sa­tion est indis­pen­sable pour amoin­drir la rigi­dité du son, surtout des cymbales. La couleur sonore, toujours assez médium, manque de profon­deur pour recréer l’ef­fet « oomph » d’une belle ambiance bien roomy. Il faut se rendre à l’évi­dence : le côté claquant du micro marche très bien couplé à l’ef­fet de proxi­mité, mais devient vite plus agres­sif sur des sources plus fines (comme le char­ley) ou plus loin­taines (en overhead ou ambiance). Cela lui faisant perdre beau­coup de corpu­lence et de profon­deur… comme de natu­rel.

A contra­rio, son côté un peu sale pour­rait être parfait dans un contexte rock ou punk pour se tour­ner vers une trash room bien éner­vée et cinglan­te… et le micro pour­rait alors tirer toute son épingle du jeu.

00:0000:17
  • 06a Md421 HH00:17
  • 06b Md421 HH + OH00:17
  • 06c Md421 HH OH Solo00:17
  • 07a Md421 Posi­tion OH00:17
  • 07b 4038 OH00:17
  • Drums Front 42100:17
  • Drums Front U8700:17
  • Drums Room 42100:17
  • Drums Room U8700:17

Sur des amplis

La Basse

Bass AmpegDe retour en proxi­mité, le 421 revient instan­ta­né­ment dans les cour des grands. Ouf !

Une fois de plus, l’ef­fet de proxi­mité du micro­phone joue son rôle et apporte un bas médium bien présent et bien plein. Le son est super­be­ment équi­li­bré. Comparé au Re20, le Senn­hei­ser déve­loppe une couleur un peu plus rock, de par ce haut médium un peu plus accen­tué, plus agres­sif, parfait pour accen­tuer le côté nerveux de l’ins­tru­ment. En son clean ou en son fuzz, la prise de basse se tient parfai­te­ment, corpu­lente et en même temps bien cise­lée pour passer dans votre mix. Superbe !

00:0000:27
  • Bass 42100:27
  • Bass Re2000:27
  • Bass 421 B00:23
  • Bass Re20 B00:23
  • Bass 421 Fuzz00:27
  • Bass Re20 Fuzz00:27
  • Bass 421 B Fuzz00:26
  • Bass Re20 B Fuzz00:26

La guitare élec­trique

421 Suspension StoneMêmes remarques avec un ampli guitare. Le 421 offre un très bel équi­libre : le bas est présent, mais ne bave aucu­ne­ment. Les médiums comme les aigus sont affu­tés sans être stri­dents. Comparé au 57, le Senn­hei­ser est clai­re­ment plus large, plus impo­sant, plus défini.

Comme pour la grosse caisse, le rendu, massif et parfai­te­ment contrôlé, paraît déjà taillé pour passer dans un mix. La dyna­mique du micro et son tran­chant sont excel­lents pour accen­tuer le jeu de média­tor et/ou le petit grésille­ment de l’am­pli (cf. palm-mute et fuzz).

Si nous devions cher­cher la petite bête, nous pour­rions lui trou­ver une tona­lité un poil plas­tique dans le haut médium voire une petite envie de filtrer un peu les aigus, mais tout ceci dépend prin­ci­pa­le­ment du son recher­ché comme des réglages de votre ampli et n’en­tache aucu­ne­ment la grande qualité de resti­tu­tion du micro­phone.

00:0000:20
  • Gtr Elec 421 Surf00:20
  • Gtr Elec Sm57 Surf00:20
  • Gtr Elec 421 Arpege00:27
  • Gtr Elec Sm57 Arpege00:27
  • Gtr Elec 421 Palm­Mute00:24
  • Gtr Elec Sm57 Palm­Mute00:24
  • Gtr Elec 421 Fuzz00:25
  • Gtr Elec Sm57 Fuzz00:25

Sur des prises acous­tiques

421 Down suspensionDevant des instru­ments proje­tant beau­coup moins, on sent d’em­blée que le 421 n’est pas dans son domaine de prédi­lec­tion, mais il tient le choc et s’en sort fina­le­ment pas si mal. La prise de guitare acous­tique fonc­tionne ample­ment, sur le jeu au média­tor comme aux doigts. Toute­fois, nous retrou­vons toujours une réso­nance assez peu natu­relle dans le haut médium. Si la prise pour­rait fonc­tion­ner pour un mix chargé, le son du 421 est tout de même un poil creusé et il lui manque un petit peu de profon­deur pour resti­tuer tout le côté boisé, chaleu­reux et inti­miste de l’ins­tru­ment. Bien évidem­ment, ces remarques sont à prendre avec des pincettes et surtout à contex­tua­li­ser avec le prix du micro. In fine, le résul­tat est bien plus qu’ho­no­rable pour un dyna­mique.

Il en est de même sur les clochettes : la prise fonc­tionne et n’a pas tant à rougir face au U87, mais les harmo­niques sont un peu rêches à fort volume. Comme pour les prises d’ove­rhead de batte­ries, l’éloi­gne­ment accen­tue le manque de rondeur et surtout de profon­deur du micro. Si la prise se tient, il lui manque cette belle magie que le 421 nous offre en prises de proxi­mité.

00:0000:13
  • Gtr Ac 42100:13
  • Gtr Ac U8700:13
  • Gtr Ac Arpege 42100:15
  • Gtr Ac Arpege U8700:15
  • Bells 42100:18
  • Bells U8700:18

La Voix

421 LoCutComme tout bon dyna­mique qui se respecte, le 421 est effi­cace sur les prises de voix. Son fuse­lage est parfait pour tenir dans la main (une fois la fameuse suspen­sion enle­vée) et sa gestion des plosives est très bonne (les filtres de coupe-bas pour­ront toujours aider en plus si besoin). Le bas médium s’en retrouve puis­sant tout en étant contenu. Quant aux hauts médiums, leur présence (avec cette petite pointe à 4–5 kHz) faci­lite gran­de­ment à l’in­tel­li­gi­bi­lité de la voix, ce qui fait du Senn­hei­ser un micro redou­table pour les voix parlées.

Pour de la musique, il pourra être parfait pour des prises témoins ou live. Cepen­dant, pour les fans de prises grasses et chaleu­reuses avec de gros micros à lampes, le 421 pourra vite sembler un peu froid, voire trop creu­sé… Le coupe-bas enclen­ché sur la posi­tion Speak paraît d’ailleurs un peu violent et sabre d’au­tant plus la voix, surtout sur du chant. Il faudra donc l’uti­li­ser avec parci­mo­nie, en fonc­tion de l’en­vi­ron­ne­ment sonore de votre source, comme de sa distance du micro­phone. Au vu des tests précé­dents, il ne fait aucun doute que le 421 sera surtout béné­fique pour les voix puis­santes et les chan­teurs à coffre. Sûre­ment moins sur des voix plus douces ou plus fluettes, sur lesquelles le côté un peu plas­tique et non natu­rel risque de vite réap­pa­raitre.

00:0000:13
  • Vx 42100:13
  • Vx U8700:13
  • Vx 421 LoCut00:13
  • Vx U87 LoCut00:13

Conclu­sion

Le Senn­hei­ser MD 421-II est un excellent micro­phone dyna­mique. Il n’est pas forcé­ment le plus adéquat pour des prises d’am­biance, mais il se révèle magni­fique dès lors qu’il est utilisé en proxi­mité, surtout face à des sources puis­santes et dyna­miques. Dans ces condi­tions, il retrou­vera toute la corpu­lence, toute la dyna­mique et toute la défi­ni­tion qui font de lui un micro d’ex­cep­tion ! Grosse caisse, toms, percus­sions, amplis guitare/basse, cuivres, voix, sa poly­va­lence est illi­mi­tée et aucun volume sonore ne semble lui faire peur, bien au contraire. Quand le 421 fonc­tionne, il le fait à la perfec­tion et ses petits défauts se font bien vite oublier. Pas de doute : voilà (encore) un micro­phone soixan­te­naire qui tient la forme !

421 Portrait Red



Source

Votre magasin spécialisé

Depuis plus de 25 ans

Un service de proximité

Graçe à nos 2 boutiques

Les plus grandes marques

sosont chez Sonolight

100% satisfaction

c'est l'engagement Sonolight!